top of page
  • Photo du rédacteurJM

La symbolique du Nombre Cinq (3)

Dernière mise à jour : 9 juin

La symbolique du Nombre Cinq (3)

Les Cinq Éléments et leurs correspondances

 

                    








 

On considère la Terre à la fois comme milieu (le point central du dé), axe central du microcosme, et comme totalité (la face entière du dé), intégralité de la manifestation. Elle représente aussi, symboliquement, la matière ; celle dont nous procédons et dont nous sommes constitués ; équivalente à celle qui constitue l’intégralité du règne animal (d’où la légitimation du Jeu des Animaux), mais aussi des règnes végétal et minéral.

On relie l’Eau à l’hiver, et donc au Nord, à minuit, car l’Eau est l’origine de la vie. Les pluies d’hiver arrosent la Terre pour « animer » la graine qui y est enfouie.

On relie le Bois au printemps, et donc à l’Est, à l’aube, car la graine se soulève lors de la germination et la tige va pousser, grâce à la lumière naissante.

On relie le Feu à l’été, et donc au Sud, au midi car c’est la pleine lumière, la pleine chaleur qui permettent l’éclat de la vie dans tout son accomplissement. La plante est mûre et donne ses fruits.

Enfin, on relie le Métal à l’automne, et donc à l’Ouest, au couchant : Le minerai originel tiré de la Terre, lavé pour être trié, brûlé au feu de bois pour être épuré, engendre le métal en fin de cycle. L’outil de métal va creuser la Terre dans laquelle sera enfouie une graine en vue du prochain cycle.

            De la même façon, les appariements avec les couleurs relèvent conjointement de l’observation et du symbolisme :

Le Noir, couleur de l’obscurité, de la nuit, est associée à l’hiver et à l’eau. C’est dans les ténèbres que se forme la source qui ondule sous la Terre et nourrit les racines.

Le symbolisme primitif fait du Blanc la couleur de la mort et du deuil[1], du retour à la pureté afin de permettre la transformation, la transfiguration. C’est en ce sens qu’elle est la couleur de la fin d’un cycle et la promesse d’un nouveau. Elle correspond donc à l’automne et au métal. L’animal associé, la grue, sera de couleur blanche.

Le Vert est la couleur végétale, de l’éveil à la vie, la couleur du printemps et du jeune bois qui s’élève vers le ciel.

Le Rouge est la couleur de la vie à son apogée, du sang, de la chaleur, de l’immortalité[2]. Elle correspond ainsi à l’été et au feu.

Quant à la Terre, elle est Jaune. C’est la couleur du centre, celle de l’Empereur qui se trouve au centre de l’univers, comme le soleil est au centre du ciel [3].

Noir, vert, rouge, blanc, jaune, on a les cinq couleurs primordiales. Et le bleu ? Le bleu n’est pas une couleur « terrestre », elle n’appartient pas à l’ « arrangement » des couleurs du monde, car c’est la couleur du Ciel [4].

JJS 2024

 

 

Pour tout complément, consulter l’ouvrage de Jean-Jacques Sagot :

Qi gong : le Jeu des Cinq Animaux

Un nouvel apprentissage, la méthode de la Grande Ourse

Editions Maïa 2023

 


[1] C’est encore la couleur du deuil dans tout l’Orient.

[2]  C’est la couleur obtenue du cinabre, le sulfure de mercure, selon l’alchimie chinoise.

[3] Les tudi, dieux protecteurs de la terre auxquels se réfèrent les administrateurs impériaux, se partagent le sol en cinq parties, la verte à l’Est, la rouge au Sud, la blanche à l’Ouest, le noire au Nord et la jaune au Centre. Henri Maspero, la Chine antique, Paris, PUF, 1985.

[4] Michel Pastoureau Bleu, histoire d’une couleur, Le Seuil, 2000

41 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page