top of page
  • Photo du rédacteurJM

L’oie et l’ours

L’oie et l’ours

 

A la fin du Jeu des Cinq Animaux, on a bien enroulé son échine pour se conformer au ciel et on s’envole, enfin presque. La grue, elle, s’envole. Elle s’envole avec ses amies vers un au-delà. Au-delà, c’est-à-dire ce qui est sur un autre versant. Elle part avec la promesse du retour. C’est le rythme universel du départ et du retour qu’endosse la grue. La grue ou l’oie, selon les traditions, mais en tous cas ce grand palmipède migrateur.


Bien avant l’écriture, bien avant les religions, les hommes ont décrypté le ciel pour créer leur almanach. Et la migration en deux temps symbolise, bien plus incarne, le tempo fondamental. La grue(ou l’oie) crée le Temps. C’est pourquoi, dans de nombreuses civilisations traditionnelles, l’oie (ou la grue) est considérée comme le plus ancien animal. C’est la génitrice primordiale. On la retrouve dans de nombreux mythes ou contes , elle y représente la mère universelle. Elle est à l’origine des fées et des personnages féminins légendaires qui initient récits et épopées, par exemple Mélusine dans la tradition arthurienne. Les contes de ma mère l’Oye que Perrault a récoltés pour en transmettre des versions réécrites en sont des témoignages.


Et l’ours ? dans le Jeu des Cinq Animaux, après la fin du cycle complet s’amorce le retour pour un nouveau cycle. Et le nouveau Jeu prend forme en s’incorporant dans l’ours. Le premier exercice s’appelle ainsi « L’ours se réveille ». Dans l’archaïque symbolique animale (dont on a trace par exemple dans le zodiaque) il est dit que « l’oie engendre l’ours ». Il faut y entendre, entre autres, que l’oie, fondatrice du temps dans le ciel, transfère ou délègue cette compétence sur la Terre à l’ours. L’ours est sur la Terre ce que l’Oie est dans le Ciel. L’ours est la grand animal totémique des premiers âges jusqu’à une époque très récente. L’ours hiberne. Il rythme donc lui aussi le temps selon les deux phases de repli et de déploiement.


La caverne est le lieu mystérieux où s’opère la phase de ressourcement du Temps. On peut pressentir que la caverne est le lieu ancestral des initiations, des rites où l’on touche au mystère du Temps cyclique. La caverne primitive engendrera les dolmens puis les cathédrales.


L’oie et son fils l’ours représentent les archétypes des animaux migrateurs ou hibernants qui sont des médiateurs avec l’envers du monde visible. Leur est alors attribuée une puissance particulière, que l’on qualifierait aujourd’hui de magique.


 L’oie et l’ours racontent en définitive l’invention mythique du temps.


JJS 2024

 

 

Bibliographie sommaire :

Philippe Walter, Ma mère l’Oie 

Mircea Eliade, Le mythe de l’éternel retour

Michel Pastoureau, L’ours histoire d’un roi déchu

Philippe Descola, Les formes du visible

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page